Abandonnisme

Publié le par Alfrédine Chope

Abandon ressenti par le nourrisson d’alors

Bébé au cœur d’ange, pourtant délaissé

Adulte désormais devenu névrotique lors

Ne pouvant jamais être rassuré, et rabaissé

De lui-même, par lui-même ; un corridor

Ou le dévorant fil de ses pensées l’a laissé

N’y voyant plus rien dans cet obscur décors

Non valorisant, valorisé à ses yeux policés

 Il avance à tâtons, désirant son moi indolore

Son âme consolée ; son silence oppressé

 Méritant bien d’être lu, deviné, exaucé, or
E
nserré, son cœur de liseron, plus engoncé…

 

 

Alfrédine Chope

Le 24/08/2010

Publié dans Ma poésie médicale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article