Angoisse, qui suis-je sans toi?

Publié le par Alfrédine Chope

Les-mains.jpg

Dessin de moi (recopiage d'un dessin à la plume d'Albrecht Dürer)

 

Angoisse, ma siamoise, mon amie

Jamais de toi, je ne me suis départie

Personnifiée, mon âme tu pervertis

Tu corromps… ma moitié ennemie

 

Plus insaisissable qu’une anguille

Entre les doigts, tu me glisses

Et me mets chaque jour au supplice

Des heures qui tournent et les aiguilles…

 

Introspection sans compromission

Questions existentielles nuit et jour

Voilà ce dont tu m’assommes sans détour

 

Telle une poupée vaudou, avec abnégation

Je subis tes sortilèges. Au secours !

Comment me désenvoûter de toi pour toujours ?

 

Alfrédine Chope

Le 10/04/2010

Publié dans Alfrédine...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
<br /> Poème poignant... Un superbe dessin... Je me sens concernée et touchée parsonnellement par tes mots. Merci. Bises<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> <br /> Je suis très flattée. J'écris ce que je ressens, sans me poser la question de mon lectorat éventuel, juste par besoin d'écrire. Alors, c'est moi qui suis touchée que ça puisse te<br /> parler...<br /> <br /> <br /> <br />