Eternelle

Publié le par Alfrédine Chope

Flamme

 

En fixant la nuit noire, une frêle flamme
Titille mes pupilles ; si tremblante et fragile
Elle s’obstine pourtant, maigre oriflamme
Retenue en otage, dans ce corps d’argile
N’aboutissant à nul embrasement, drame
Elle ne s’éteint pourtant jamais, si docile
Luisant tel un phare, sans nul télégramme
Leurrant rien que ce pauvre corps imbécile
Et là, je devine le petit reflet de mon âme.

 

Alfrédine Chope

Le 14/09/2010      

Publié dans Alfrédine...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article