Fuis-moi

Publié le par Alfrédine Chope

Vous me plaisez fort bien, Monsieur, cela ne se dit point,

Je le sais, mais sur ce point, je suis assurément formelle,

Et en aucun cas, ne m’en dédis, drôle d’âme chamelle,

J’entends déjà de vous, le bon verbe, toujours à point.

 

Que dire ? Banalité. De vous, tant de choses à découvrir,

Mais moi, un passé bien lourd m’accable, et m’encre

Au fond de la mer de mes souvenirs si noirs d’encre

De ceux qui ne s’effacent pas, et qu’on tâche de couvrir.

 

Depuis que le voile de mon amnésie s’est levé, patience

Est de rigueur, pour moi, qui trime à trouver la rime

Qui puisse guérir mon âme trouée en son corps, crime.

 

Croyez-vous Monsieur, qu’il existe un homme de science

Qui ait cette pure infinie indulgence et qui ainsi, arrime

Mon âme de sang ? « Fuis-moi » avant que je ne te brime.

 

Alfrédine Chope

Le 21/02/2012

Publié dans Alfrédine...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Fuis moi est l'une des déclarations d'amour les plus fréquentes qui annonce également que la passion sera certainement ravageuse. Bises Dan
Répondre
A
<br /> <br /> Hum. Là pour le coup, je me permets de ne pas être convaincue. D'une part, j'intellectualise très fortement mes affects (comme on dit en psy), ce qui rend difficile la naissance d'une passion de<br /> mon côté. Je me "tempère" beaucoup trop moi-même après auto-analyse, on va dire. Et de son côté, je ne sais pas du tout ce qu'il peut bien en être, mais, il a pas l'air passionné !!!<br /> <br /> <br /> <br />
F
Joli poème, bonne nuit et à très bientôt.
Répondre
A
<br /> <br /> Merci.<br /> <br /> <br /> <br />