Il pleut averse

Publié le par Alfrédine Chope

Je me sens en ce jour, comme la boîte de Pandore

Qu’on aurait refermée, et dans laquelle l’espoir

Resterait depuis, emprisonné, pleurant dans le noir

Tapant contre les parois de ce diable cœur amphore.

 

Je me sens monotone, comme ce temps, synchrone.

Lentement, je regarde par la fenêtre, et là, tiroir

Déversoir de la mémoire, toutes les larmes miroir

De mon âme fade et complètement maintenant atone.

 

Je ne me sens jamais d’aucun groupe d’appartenance

Je suis et kinésithérapeute et médecin, mais pour eux

Traîtresse, je ne suis ni l’une ni l’autre, c’est douteux…

 

Je ne me sens pas moins frappée par votre prégnance

Votre marque en mon cœur toujours si oedémateux

Emprisonne cet espoir, mon cher ange, devenu boiteux.

 

Alfrédine Chope

Le 12/06/2011

Publié dans Poèmes à Peter

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
<br /> ma reponse n'avait pas ce coté si analytique que tu évoques<br /> c'était un clin d'oeil a la pluie salvatrice<br /> autrement je n'ai pas de recettes, n'étant pas cuisinier<br /> mais je te trouve un poil pessimiste dommage<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> <br /> Bah, tu sais bien que j'ai tendance au pessimisme. Enfin, quand il s'agit de moi! Je peux être très optimiste pour les autres, mais pour moi, rarement... <br /> <br /> <br /> <br />
E
<br /> encore un bon texte<br /> la pluie devenant averse, ondée, giboulée, enfin quelque chose qui raffraichit<br /> pas comme l'orage qu'on subit<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> <br /> On ne subit pas la pluie? La pluie miroir des sentiments à l'intérieur de mon âme? On ne subit pas nos états d'âme, nos sentiments? T'as l'impression de décider de ce que tu ressens toi?<br /> <br /> <br /> "Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point"... mais la tienne arriverait à contrôler tes sentiments? Donne-moi donc la recette... j'suis preneuse...<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> C'est magnifique...<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> <br /> Ah, Askélia... au moins je sais que je peux compter sur toi. Merci. <br /> <br /> <br /> <br />
D
<br /> Notre humeur suit des cycles souvent très synchrones avec la nature. Le temps des semailles vient toujours avnt la moisson. Amicalement Dan<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> <br /> Merci pour ce joli commentaire.<br /> <br /> <br /> Si seulement je savais quoi semer, où et comment pour pouvoir récolter ce que je souhaite. Mais je crois que c'est peine perdue. Il ne me reste plus que l'écriture.<br /> <br /> <br /> <br />