La rupture : phase 1 et 2

Publié le par Alfrédine Chope

  

Caldeira.jpg

 

Tes petits soldats de plombs, marchant sur le pont

Bâtit entre nos deux cœurs, et entrant en résonance

Le firent ainsi s’effondrer, telle la caldeira qui jadis

Permit à Moïse d’ouvrir la mer et fuir l’Egypte d’Isis ;

Ainsi déchiré ce maigre lien, fuite à ta convenance

Fidèle à toi-même, vas-tu encore couper les ponts ?

 

Toujours aux aguets, comme l’animal seul, blessé

Qui traîne la patte et se vide de son sang, marchant

Continuant malgré tout d’avancer, car si non, la mort

Il sait que celui qui l’a blessé rôde, et bientôt le mord

Parachevant ce qu’il a initié. Comme lui trébuchant

Tu vas, épiant chez elles, toute trace osant t’oppresser.

 

Ton esprit vagabonde, et un joueur de flûte, pareil

A celui d’Hamelin, pourrait emmener tes soldats

Jusqu’à l’oued de tes pleurs anciens, mais le prix

Ne t’es pas inconnu, tu sais ce que mérite la duperie.

On ne trompe pas le flûtiste, et par le baiser de Judas

C’est ton cœur qu’il assèchera, dans ton sommeil.

 

Les amours interdites, contrariées, impossibles

Font des vies de cinéma, des vies Cornéliennes

Mais je refuse de n’être qu’une image imprimée

Sur la pellicule de tes nuits jamais trop déprimées

Car ton déni a fait de toi une muse comédienne

Irrationnelle, qui joue les architectes impassibles.

 

La muse a fait de moi, un bien vilain épouvantail

La lutte infernale entre chimères et noirs démons

M’a saigné à blanc à me faire croire érotomane.

Pandore a ouvert la boîte, et aucune nymphomane

N’y remettra les maux échappés, et feu Salomon

Aurait su régler les divorces, d’un coup d’éventail.

 

Alfrédine Chope

Le 16/09/2010

Publié dans Poèmes à Proxima

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
<br /> Apparement impassibles les mots se font tranchants, plus forts que des cris et des hurlements inutiles. Est ce bien Santorin en illustration ? Dan<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> <br /> Beaucoup plus apaisée aujourd'hui, j'ai eu envie de publier ce texte, qui me montrait à moi-même à quel point je "déraillais" à l'époque.<br /> <br /> <br /> Il me semble que c'est Santorin en effet.<br /> <br /> <br /> <br />