La thérapie par les fleurs

Publié le par Alfrédine Chope

 

Langage des fleurs 

Effeuiller la marguerite, puis une, puis deux

Consulter les oracles, lire dans le marc de café

Tenter la graphologie dans ses textes paraphés

Espérer pour soi, enfin, la clémence des dieux

 

Ma pauvre marguerite, c’est toi qu’on effeuille

Alors que c’est l’aubépine, la fleur de l’espérance

Pauvre fleur, de l’homme, tu payes l’ignorance

J’aurais tant aimé, l’amour généreux du chèvrefeuille

 

Petite Alfrédine aime tant la pureté des sentiments

Du bleuet, ou la grâce des œillets mignardises

Mais maintenant, les anémones, mon abandon me disent

 

Il me reste encore le coquelicot pour un peu de repos

Et l’églantier, forcément pour un peu de poésie

A m’hypnotiser dans la pureté du lys, j’oublierai mon hérésie.

 

Alfrédine Chope

Le 20/03/2010

Publié dans Poèmes à Peter

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article