Le cinéma

Publié le par Alfrédine Chope

Te voici donc face à moi, jouant à merveille

Ce rôle complexe du chevalier et du bourreau

Que je t’ai attribué, moi la scénariste du fléau

Je me tourmente, voyant en toi tant, je veille.

 

Ainsi je me suis muée en metteur en scène

De toute la palette de tes pensées et émotions

Mais ne nous y trompons pas, aucune potion

N’a fait de toi mon comédien, idée obscène.

 

Non. Sans qu’on sache, tu es devenu ma toile

Où je projette sans fin le film de ma noirceur

La plus profonde, écrasant toute ta douceur.

 

Mais aujourd’hui, j’ai pu enfin lever le voile

Et je vois plus clairement en moi, avec rancœur.

Ses pensées et affects sont miens, diable cœur.

 

Alfrédine Chope

Le 18/07/2011

Publié dans Ma poésie médicale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
<br /> Sur l'écran noir de tes nuits blanches ? Bises Dan<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> <br /> Ah c'est sûr qu'il y'avait une référence... :-) J'aime beaucoup.<br /> <br /> <br /> Ceci étant dit, il y a une différence fondamental entre le Cinéma de Nougaro et celui-ci. Dans celui de Nougaro, le mécanisme psychique est l'imagination. Celui que je décris ici, est la<br /> projection, qui consiste à attribuer à autrui, nos propres pensées et émotions, mécanisme dont on a rarement conscience, tout au moins au moment où il se produit.<br /> <br /> <br /> En fait, j'ai écrit ce texte, après avoir publié le précédent, où le mécanisme de projection dont j'étais alors "victime" est là, flagrant. Dans le texte "La rupture : phase 1 et 2", je suis<br /> tellement en proie à mes angoisses, que toutes mes pensées et mes angoisses je les attribue alors à Proxima. Ceci dit, pour connaître quand même un peu le lascar, et pour avoir pris un peu de<br /> distance avec les choses maintenant, je sais que même si j'ai projetté sur lui massivement, tout n'était pas que dans ma tête... Il était un peu angoissé aussi et il a un peu pris la fuite aussi.<br /> Mais peut-être pas pour les raisons évoquées... Enfin, ça ne change pas grand'chose au résultat si ce n'est que maintenant, je suis beaucoup plus calme et apaisée et beaucoup plus sereine, même<br /> s'il y'a encore beaucoup d'efforts à faire ! <br /> <br /> <br /> <br />