Le rêve d'Icare

Publié le par Alfrédine Chope

Icare.jpg

 

Icare, mon Icare, tu rêves de soleil et tu t’envoles

Tant d’années que je n’avais pas revu tes yeux verts

Et quand sur les miens, ils se sont à nouveau ouverts

J’ai vacillé, et pour la seconde fois, mon âme, voles.

 

Oui, ma retenue ne pouvait dire ces déraisonnables

Pensées, qui lors, me torturaient moins cruellement.

Car aujourd’hui encore, si je taisais mon tourment

Tu n’en resterais pas moins, à jamais inoubliable.

 

Tu ne m’as point menti, c’est en toute conscience

Que j’ai choisi d’abandonner ma raison, cette fois,

Elle qui me barricade en moi-même maintes fois.

 

Comment ne pas céder à cette morne prescience

Qui me fait croire à l’immuabilité de ces autrefois

J’ai fait mien ton rêve, Icare. Brûlons-nous ! Ma foi…

 

Le tunnel d'or (symphonique) - AaRON

Unforgettable - Natalie Cole duet with Nat King Cole

 

Alfrédine Chope

Le 26/07/2011

Publié dans Alfrédine...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
<br /> il fait encore très chaud pour les pauvres ailes d'Icare<br /> bonne journée<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> <br /> Mais pour le coup, je crois que c'est moi qui vais fondre ! <br /> <br /> <br /> Merci et bonne journée également.<br /> <br /> <br /> <br />
D
<br /> Je pense que le pauvre va encore chutter en perdant ses ailes, une chaleur torride va à nouveau faire fondre la cire qui les retient. Mais sans doute que cet Icare n'est pas si à plaindre après<br /> tout. Amicalement Dan<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> <br /> C'est curieux mais je n'ai pas écrit ce texte avec cet état d'esprit du tout. Mais après ton commentaire, ta lecture ma semblée tellement évidente ! Inconscient, mon inconscient... que me fais-tu<br /> donc faire là?<br /> <br /> <br /> Ce qui m'étonne, c'est que j'ai beau être championne tout catégorie du refoulement (et c'est ma psy qui le dit !), je sais quand même quand je ressens ce genre de choses...  Et ce n'est pas le cas pour lui. C'est quelque chose de l'ordre de l'émotionnel, et bien plus profond et ancien. Je ne<br /> me sens jamais aussi apaisée et rassurée qu'avec lui. Pour le coup je me sentirais pousser des ailes et capable de bien des choses dont je me sens incapable en temps normal. Il a le don de me<br /> redonner confiance en moi, et ça c'est pas donné à tout le monde...<br /> <br /> <br /> La question que je me pose du coup, c'est : n'est-ce pas son vécu à lui, que j'ai perçu (parce qu'il l'a projetté en moi, cf texte "Le cinéma") et que sans m'en rendre compte, j'ai ainsi<br /> retranscrit?<br /> <br /> <br /> Mais je crois que si quelqu'un doit se brûler les ailes, c'est moi... et en toute connaissance de cause en plus ! J'suis vraiment tarée ! <br /> <br /> <br /> <br />