Les poignées d'amour

Publié le par Alfrédine Chope

 

Ah ces petits panicules adipeux, logés

Chez certains messieurs, à leur taille

Disgracieux, qu’à la serpe on les taille

Enfin, presque, mais doivent être délogés

 

Non ! moi, je vous le dis sans humour

Au creux de vos reins, cette chair tendre

Donne des envies terribles de les prendre

Et plus redoutables qu’un philtre d’amour

 

Mais prenez garde messieurs, ces reliefs

Savent rester discrets, d’où leur attrait

Et un abdomen pléthorique, le retrait

 

Fatalement provoquerait, sur votre fief

De nos mains, car perdu de cet extrait

L’aphrodisiaque effet, qui lors reste abstrait.

 

Alfrédine Chope

Le 16/05/2010      

Publié dans Rions un peu !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article