Monsieur J.

Publié le par Alfrédine Chope

Le voici donc, les yeux rieurs, et le bon mot aux lèvres

Celui-là même, à l’esprit si vif, qu’il ravit la compagnie

De ces amis et collègues, s’étourdissant jusqu’à l’agonie

De ces joyeuses badineries d’une fine précision d’orfèvre.

 

 Le style haricot vert, calme et posé, mais en lui, la fièvre

Se déchaîne, et ses yeux pétillant trahissent, la « 13-manie »

Car ne vous y trompez pas, il est le maître de la colonie

Sous ses airs, bien plus… mais ne tombons pas dans le mièvre.

 

Les apparences sont trompeuses dit-on, et bien je le pense

Volontiers avec celui-là, qui se joue de son rôle de carabin,

Avec un plaisir même pas voilé, comme pris en défaut, bambin.

 

Si je pouvais percer le mystère, de son caparaçon-défense,

Je crois que je découvrirais un être au cœur tendre, chérubin

Qui ne demande qu’à donner et non à prendre, Robin…

 

Alfrédine Chope

22/01/2012

Publié dans Alfrédine...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article