Petit ventre rond

Publié le par Alfrédine Chope

 Petit-ventre-rond.jpg

 

Dans ce si bel abdomen bien rebondi

Petit à petit, un peu plus, tous les jours

Se promène leurs futurs nouveaux jours

Avec tout leur amour, grandi, approfondi

 

Va donc ! Petite bête, gigote, barbotte,

Profitez-donc, tous deux de cette osmose

Avant que vienne le jour où il n’éclose

Révélant ainsi le visage de la marmotte

 

Tellement difficile pour papa d’attendre

Le pauvre, s’accrochant à la moindre image

Et sursaut de ce ventre à ses mains sages

 

Aller, encore un effort, un regard tendre,

Vers cet abdomen, véritable roi mage

Empli de tous les futurs babillages…

 

Alfrédine Chope

Le 22/05/2010

Publié dans Inclassable

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
<br /> Un bel hommage pour la femme enceinte, bonne semaine et merci pour ce sublime poème, bises<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> Le poème m'a accrochée dès les premiers vers également et m'a gardée émue jusqu'à la dernière ligne. J'en ai aimé le rythme et les sonorités, le thème aussi. Et puis, j'ai lu le commentaire et la<br /> réponse. Manque mis à nu. Cela m'a touchée. J'ai pensé ensuite à ces papas rencontrés à la maternité. Hélas, lorsque l'amour tiédit, ils sont nombreux à oublier. Directrice d'une petite école, je<br /> rencontre beaucoup de mamans seules. Les papas ne donnent souvent aucune nouvelle.<br /> Bonne soirée. Mireille<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> <br /> Mais est-ce vraiment parce que l'amour tiédit qu'ils ne viennent pas?<br /> <br /> <br /> Mon frère est papa de 2 enfants en bas âge (5 et 4ans). Il adore ses gosses et aime vraiment profondément sa femme je crois. Mais, il est le seul qui puisse assurer les revenus de la famille. Il<br /> bosse comme un acharné. Il lui arrive donc rarement de passer à l'école pour déposer ou prendre les enfants. Mais pour autant, l'amour est toujours là, en tout cas, il me semble.<br /> <br /> <br /> Maintenant, difficile de faire des généralités... Je ne sais pas ce qu'il peut en être des autres. Même les internes en psychiatrie ne sont pas dans la tête des gens ! <br /> <br /> <br /> En tout cas, merci à vous deux, pour vos très gentils commentaires et votre compassion à mon égard. Ca me touche beaucoup. Sincèrement.<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> Merci pour cette réponse sincère et cette ouverture dont vos avez fait preuve.<br /> <br /> Vous avez raison, si nous pouvions prendre la place de nos femmes à ce moment là nous le ferions. Ce n'est pas possible, c'est ainsi.<br /> <br /> Il ne me reste plus qu'à naviguer sur votre blog pour voir ce qui vous a inspiré.<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> En lisant les premiers vers, j'ai tout de suite accroché. La petite pensée pour le papa m'a forcément touché. Merci pour ce moment de douceur. J'espère que bébé va bien...<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> <br /> Aucune idée !<br /> <br /> <br /> Je vais être honnête, quand je suis tombée sur cette photo, j'ai craqué et les rimes me sont venues très facilement, mais je ne sais pas qui c'est !<br /> <br /> <br /> J'ai toujours eu un faible pour les hommes très paternels. Avant d'être interne, quand j'ai fait mon stage d'externe en gynéco-obstétrique, quand je voyais les futurs pères près de leurs femmes,<br /> qui avaient l'air de souffrir presqu'autant qu'elle, et qui auraient accouché à leur place s'ils avaient pu, je trouvais ça super mignon. Je les trouvais terriblement beaux ces hommes-là ! Je<br /> rêverai d'un homme comme ça. Mais, y'en a pas de comme ça pour moi. Et je n'ai pas d'enfant. Ce qui est le plus grand vide de ma vie, je crois. Mais c'est ainsi.<br /> <br /> <br /> Alors j'essaie de me centrer sur ce que j'ai : mon travail, mes patients, mes rimes parfois... Ca ne suffit pas toujours, mais il faut bien se contenter de se qu'on a.<br /> <br /> <br /> <br />